L’Herbier des Dieux


Avec cet herbier en ligne, vous allez regarder les arbres/plantes de plus près et vous saurez bientôt reconnaître au premier coup d’œil un érable champêtre, un orme, un frêne ou un alisier des bois. Et même si vous êtes déjà expert en la matière, cet herbier  vous invite à découvrir ou redécouvrir la beauté et la variété de la flore de manière ludique et enrichissante tout en proposant des utilisations éventuelles pour votre bien être ou la maison, car les végétaux ont bien plus de valeurs que nous le croyons et leurs vertus parfois insoupçonnées, l'urbanisme et la modernité nous coupe chaque jour un peu plus des trésors de la nature. Il m'a semblé important de proposer un herbier très complet que je peut moduler à ma guise en fonction de mes découvertes. Une bonne manière de renouer le lien avec la nature au fil des pages. Découvrir ou redécouvrir ces trésors oubliés, qu'utilisait nos ancêtres pour se soigner, se nourrir ou se protéger et renouer les liens avec la magie de la nature. Tel est le légendaire et très aromatique voyage auquel nous convie ce site, unique par sa conception. De la carte d’identité de chaque plante à la photographie pour la reconnaître, d’un texte de présentation sur leur légende à la leur valeur symbolique, l’amoureux des fleurs sauvages est ici littéralement envoûté par un philtre d’amour qui prolonge ses effets page après page. Il existe plusieurs manières d’utiliser et de préparer des plantes pour un usage interne ou externe, selon ce que l'on veut en faire. Afin que vous puissiez au mieux utiliser les différentes plantes,  nous vous informons sur les différents modes de préparation les plus utilisées en usage courants: Les infusions, les  sirops, les décoctions, les macérations, les cataplasmes, les extraits, les poudres, les teintures, les Huiles et Huiles Essentielles, les teintures Alcooliques ou Alcoolés, les Alcoolats et Alcoolatures.

L'Herbier des Dieux

Préparation des Plantes

Il existe plusieurs manières d’utiliser et de préparer des plantes pour un usage interne ou externe, selon ce que l'on veut en faire. Afin que vous puissiez au mieux utiliser les différentes plantes,  nous vous informons sur les différents modes de préparation les plus utilisées en usage courants: Les infusions, les  sirops, les décoctions, les macérations, les cataplasmes, les extraits, les poudres, les teintures, les Huiles et Huiles Essentielles, les teintures Alcooliques ou Alcoolés, les Alcoolats et Alcoolatures.

Infusion

Pour faire une infusion, il faut plonger une plante pendant  3 à 15 minutes (en fonction de la variété) dans de l'eau bouillante dans une théière avec couvercle fermé. Dans le cas d'infusion de fleurs, mettez les dans le fond d'un récipient en verre de préférence, et versez l'eau bouillante dessus. Avant d'être utilisée ou consommée l'infusion doit être filtrée.

Sirop

On obtient du sirop simple en dissolvant à froid ou à chaud 180 g de sucre dans 100 g d'eau. On peut ensuite y ajouter des principes actifs selon les besoins.

Décoction

Pour faire une décoction, faire bouillir de façon prolongée, et à feu doux, une plante  avec de l'eau froide (avec un couvercle sur la casserole), puis la faire bouillir entre 2 à 15 minutes (les écorces et les racines doivent bouillir plus longtemps que les feuilles et les tiges). Passez ensuite la décoction en filtrage, avant de l'utiliser ou de la consommer.

Poudre

La poudre s'obtient en pulvérisant une plante, soit au moulin à café, soit au mortier et au pilon, avec du gros sucre en guise de meule (attention de retirer la masse de sucre pour le calcul des doses). Vous pouvez faciliter la pulvérisation en passant la plante au four à feu très doux pendant quelques instants.

Huile et l'Huile Essentielle

On obtient de l'huile en laissant macérer à température douce (voire tiède) pendant 3 semaines, la moitié d'un récipient rempli de plantes fraîches ou sèches ou de racines broyées, dans de l'huile remplissant le reste du récipient. Remuez de temps en temps le mélange, puis décantez le tout, et mettez l'huile dans un flacon. L'huile rancit vite, il faut donc en faire peu à la fois, et en refaire souvent. On obtient l'huile essentielle par distillation à la vapeur. Pour cela il faut un ballon, un alambic, et un récipient pour recueillir le distillat. Les plantes doivent être fraîches et propres, et coupées en petits morceaux, ou grossièrement broyées. Placez les dans le ballon avec une bonne quantité d'eau de source filtrée (généralement deux à trois fois le poids de plante). Le mélange dans le ballon doit être porté à ébullition, la vapeur entraîne avec elle le principe actif volatile de la plante, elle se condense dans le serpentin de l'alambic, et s'écoule dans le récipient à la sortie. Généralement la densité de l'eau et celle du principe actif sont différentes, ce qui permet de les séparer facilement ensuite dans une ampoule à décanter, ou un vase à décantation (généralement l'essence surnage au dessus de l'eau, sauf pour l'huile d'amande douce).

Teinture Alcoolique ou Alcoolé

On obtient une teinture alcoolique en faisant macérer dans l'alcool à 60° une plante, à raison de 5 parts d'alcool pour une part de plante.

Extraits

Il existe différents types d'extraits. L'extrait fluide s'obtient en plongeant une plante dans un volume d'eau ou d'alcool égale à plusieurs fois au volume de plantes, puis en laissant s'évaporer jusqu'à ce que le poids du liquide soit égal à celui de la masse de plante initiale. L'extrait mou, est basé sur le même principe, sauf que l'évaporation est poussée jusqu'à ce que le produit ait une consistance mielleuse. Les autres intermédiaires entre ces deux niveaux d'évaporation sont appelés simplement extraits.

Teinture

On obtient la teinture en laissant macérer des plantes dans de l'eau, de l'alcool à 60° ou de l'éther.

Macération

Pour obtenir une macération, il faut laisser tremper une plante dans un solvant (eau, vin, alcool ou huile) à froid pendant un temps assez long  déterminé en fonction de la plante (quelques heures à plusieurs jours, voire plusieurs semaines). La macération doit se préparer dans un récipient à l'abri de l'air ambiant et de la lumière. Une fois la macération terminée , il suffit de filtrer le mélange à travers un filtre papier, ou du coton hydrophile non tissé, et de stocker la macération obtenue dans un récipient bien bouché (en verre de préférence).

Cataplasme

La cataplasme s'obtient en broyant la plante fraîche, et en l'appliquant ensuite sur la zone à traiter. Afin d'éviter que le cataplasme n'adhère (entre autres sur une plaie), il vaut mieux appliquer celui ci à travers un morceau de gaze. Les plantes doivent être parfaitement propres avant d'être broyées, et doivent même être trempées dans une solution antiseptique neutre si elles doivent être appliquées sur une plaie, et qu'elles ne sont pas elles mêmes antiseptiques. On peut aussi faire des cataplasmes chauds, en utilisant des plantes cuites. Dans ce cas faire attention de ne poser le cataplasme qu'une fois qu'il a atteint une température acceptable (afin d'éviter de brûler la personne). Une fois posé, le cataplasme doit être recouvert d'un linge, ou d'une bande si nécessaire.

Alcoolat et l'Alcoolature

On obtient de l' alcoolature en plongeant une plante fraîche, pendant  8 jours environ, dans un volume d'alcool à 90 ou 95 ° égale à celle de la plante. Pour des plantes poreuses, qui ne s'humectent pas bien avec l'alcool, il faudra augmenter la proportion d'alcool à 3 parts d'alcool pour 2 de plantes, voire même pour certaines plantes 4 parts d'alcool pour 2 de plantes (soit deux fois plus d'alcool que de plantes). Faire attention dans ce cas à modifier la posologie en conséquence. Le mélange doit être remué de temps en temps, puis passé et filtré. L'alcoolature doit ensuite être stockée dans un flacon hermétique en verre de préference. Sachez que l'alcoolature se conserve peu de temps, et que 50 gouttes d'alcoolature correspondent à peu près à 1 g. On obtient l'alcoolat en distillant de l'alcool sur une ou plusieurs plantes.

Attention: Les indications fournies sur notre site internet concernant l'usage phyto-thérapeutique des plantes sont transmises à titre purement indicatif et informatif, elles ne remplacent en rien une consultation chez un thérapeute ou un médecin spécialisé. Évitez absolument l'auto­-médication sans avoir requis une prescription ou avoir la connaissance nécessaire sur l'usage des plantes et végétaux. En cas de troubles, allez voir un thérapeute ou un médecin spécialisé, ils pourrons vous établir un diagnostic précis et vous prescrire le meilleur traitement à suivre selon votre cas personnel.


Arbres & Végétaux de A à Z


 


Ouvrages sur le même thème


Cliquez sur l'image pour découvrir l'ouvrage


 

L'Herbier des plantes qui guérissent

Larousse des plantes médicinales

Cultiver et utiliser les plantes médicinales

250 remèdes naturels à faire soi-même

Recettes secrètes de mon herbaliste

Se soigner par les plantes

Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France

Secrets d'une herboriste