Gaïa & Nous – Photographies – Philippe Alexandre Jandrok


« Une image vaut mieux que mille mots. »

Confucius

« Suggérer, c’est créer. Décrire, c’est détruire. »
Robert Doisneau

« Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l’enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange. »
Bill Brandt

« Il faut aimer la solitude pour être photographe. »

Raymond Depardon

« En art comme en amour, l’instinct suffit. »
Anatole France

Les choses ne sont pas ce que nous croyons être et les choses sont ce que nous croyons être…..

Certains doivent s’e?tonner qu’un auteur spe?cialise? dans le domaine me?dical pre?sente ici des photographies, il se trouve qu’avant d’e?tre auteur celui-ci e?tait photographe, peintre et historien, mais il e?tait photographe avant toute chose.

A? huit ans, en feuilletant un manuel des Castors juniors, je vis un dessin d’un des neveux de Donald qui se trouvait derrie?re une came?ra en filmant Zorro, ce jour-la? je de?cidais de devenir re?alisateur, et pour commencer mon apprentissage, je deviendrais professionnel de l’image en apprenant la photographie. Papa faisait des photographies magnifiques en dilettante, et il me parlait sans cesse du regard, de ce regard particulier qu’ont les photographes et que les autres n’ont pas, il ajoutait :

  • – Je ne suis pas inquiet, les plus grands photographes sont hongrois.

Alors, si c’e?tait le cas, je n’e?tais pas inquiet non plus. Mon premier appareil e?tait un Polaroi?d, j’adorais cette magie de l’instant, appuyer sur une tige au-dessus d’une optique me?diocre, e?couter le son d’un obturateur me?canique crisser avant de s’achever sur un « clac », puis tirer la feuille de papier noir a? l’arrie?re, attendre quelques instants, se?parer en deux cette feuille et assister a? la re?ve?lation de l’image sur une photo inde?pendante, c’e?tait… magique, mais couteux. Ensuite mon pe?re m’offrit un Zorqui4, cela devint plus complique?, il fallait re?gler le diaphragme, la vitesse d’obturation et faire la mise au point. J’allais voir mon pe?re en me plaignant de ne pas savoir de?cider entre l’obturation et le diaphragme, comment savoir ? Il me prit sur ses genoux, de?vissa l’optique du boitier, du 39 a? vis, et me demanda d’observer les lamelles du diaphragme lorsqu’il les ouvrait et les fermait a? l’aide de la bague sur l’optique, en m’expliquant que cet objectif que nous tenions dans la main e?tait l’œil de mon appareil et j’e?tais fascine?, j’imaginais que l’appareil avec une conscience et qu’il attendait que je l’active.

  • –  C’est exactement c?a, petit, il attend que tu l‘actives.
  • –  Et les vitesses ?
  • –  Les vitesses, c’est le cœur de ton appareil, e?coute-les, familiarise-toi avec le temps.

 

Nous e?couta?mes chaque vitesse de la plus lente a? la plus rapide, alors je compris les bases de la me?canique photographique, il ne restait plus qu’a? travailler le regard, la vision et l’intention.

J’ai donc pris des photographies toute ma vie, j’ai eu, de tre?s nombreux appareils photo, j’ai expose?, me?me a? la FNAC de Strasbourg, dans des galeries d’Art… J’ai de?veloppe? dans tous les formats, le plus grand e?tait un me?tre sur quatre, une fresque que j’ai encore dans un tube en carton. Je passe sur ma carrie?re qui a e?te? complique?e par la jalousie de certains et leur re?seau d’influence, a? force d’exposer, je me suis lasse?, l’investissement ne valait pas les retours et sans soutien, on n’avance pas dans ce monde, alors j’ai de?cide? de ne faire des photographies que pour mon plaisir et ceux que j’aime, j’ai cesse? mes recherches que l’on moquait a? l’e?poque et dix ans plus tard, je les retrouvais sous le regard d’autres photographes qui croyaient avoir de?couvert la lune. Peu importe, ce qui comptait c’e?tait de rester dans le beau. La technique avanc?ait, moi qui e?tais e?galement tireur, je me?prisais l’arrive?e du nume?rique sans re?aliser combien cette re?volution e?tait fondamentale, elle e?tait encore plus importante que le passage du Daguerre?otype au film. Finalement, comme les autres je fus se?duit par cette technologie nume?rique et le suis encore. Aujourd’hui, mon appareil est un simple te?le?phone portable avec un logiciel d’image qui me rappelle mon travail en laboratoire, plus de bains, plus de rinc?age, plus de se?chage, mais surtout, plus de tirage et de temps passe? a? nettoyer le ne?gatif de toutes les poussie?res, un temps et une patience de folie, les anciens qui ont fait du tirage savent de quoi je parle. A? pre?sent j’ai tout a? ma disposition, je redeviens un enfant avec le re?sultat instantane? et un adulte en retravaillant chaque image pour rendre un hommage a? la beaute? et a? l’harmonie de la nature.

A? mes e?le?ves, lorsque je leur enseignai la se?mantique de l’image et la photographie a? l’Universite? de Syracuse, je disais :

  • – Ce n’est pas le photographe qui fait la photographie, tout comme ce n’est pas l’appareil qui fait la qualite?, c’est toujours le sujet. Le photographe ajoute sa patte, comme un peintre sa palette, mais c’est le sujet qui pre?domine.

Pourquoi dis-je cela, parce que je suis photographe depuis 46 ans. Bien entendu que l’objectif joue, mais tout de?pend pour quel type de photographie. Aujourd’hui nous avons des logiciels gratuits, dont certains programmes nous permettent d’imiter un objectif Hasselblad de plusieurs milliers d’euros, les professionnels peinent a? percer a? cause justement des progre?s de la technologie qui interdisent tout rate?. Un enfant peut faire un chef d’œuvre gra?ce a? la technologie, il est de?sormais donne? a? chacun de ne plus rater une photographie, mais tout le monde est-il capable d’e?tre un photographe sur la dure?e ?

Mon te?le?phone portable me sert aujourd’hui de carnet de notes, partout ou? je me trouve, soudain je disparais et me laisse porter par mon regard qui ne me me?ne la? ou? personne ne regarde et je fais un cliche?, et puis un autre et encore un autre, je peux faire toute une se?rie en l’espace de deux heures gra?ce a? l’e?volution nume?rique. 20 ans plus to?t, il me fallut deux jours pour photographier le jardin de la Te?te d’or a? Lyon au moyen format, quelle merveilleuse expe?rience. Aujourd’hui, je re?alise que j’ai toujours e?te? porte? par la nature, les arbres qui sont nos pe?res, les plantes, nos sœurs et les animaux, mes fre?res. Les humains, combien sont-ils vraiment pour de?truire ainsi la vie ?

Voila? en quelques lignes un parcours de photographe re?sume? ici pour illustrer cette page.

Je remercie mon amie Christelle qui a pris l’initiative de valoriser ce travail que je re?serve habituellement a? mes proches.

Philippe A. Jandrok

 

 

Photographies de Philippe Alexandre Jandrok


Ouvrages de Philippe Alexandre Jandrok

Cliquez sur l’image pour acceder à l’ouvrage


 

Les enfants de Troie: 7 Poemes épiques et tragiques

Les enfants de Troie, 7 Poèmes épiques et tragiques » est un recueil de poèmes lyriques et emphatiques rédigé à la manière des conteurs antiques. Ils ne se lisent pas, ils se récitent à haute voix, ils se content, ils se chantent, comme on les chantait à la cour d’Ithaque autrefois. Ils sont longs, parfois plus courts, ils racontent des histoires de héros, ou simplement celle de légendes oubliées et réinterprétées. Ces textes nous ramènent en des temps anciens, où la poésie appartenait à la vie de la Cité. Un genre à part, un style différent renouant avec la poésie lyrique populaire, et rappelant aux hommes l’histoire d’une culture antique qui a forgé la nôtre au cours des siècles.

Vaccins, Secrets et Vérités: Enquêtes et Conférences

« Vaccins, Secrets et Vérités » réunis un ensemble de conférences vidéos et de recherches menées depuis de nombreuses années en complément de mes précédents ouvrages « Pandora, la Bible du Vivre et Laisser mourir » c’est une autre approche du problème vaccinal en compilant des sommes d’informations capitales et souvent dissimulées aux yeux du public, car moins le citoyen est informé, mieux il est contrôlé. Et « rien n’est plus terrible de voir l’ignorance en action » pour le chercheur de vérité.

Vaccins, Secrets et Vérités II: Enquêtes et Conférences

« Vaccins, Secrets et Vérités II » est une synthèse d’un ensemble de recherches et de conférences vidéos menées depuis de nombreuses années en complément des précédents ouvrages de l’auteur sur le monde médical : « Pandora, la Bible du Vivre et Laisser mourir ». « Vaccins, Secrets et Vérités II » est une nouvelle approche du problème vaccinal qui compile des sommes d’informations scientifiques capitales et souvent dissimulées aux yeux du public. Il est aujourd’hui dramatique de constater le manque d’information qui entoure la vaccination et les vaccins, mais surtout le manque d’information sur les effets dévastateurs de certains neurotoxiques (mercure, aluminium…) intégrés aux vaccins, sans informer ni les médecins ni les patients des risques potentiels d’un pourcentage élevé de ces poisons qui vont se loger dans le cerveau du patient vacciné pour ne plus en sortir. Cet ouvrage apporte des réponses, des témoignages et des informations nécessaires aux parents pour faire leur choix eux-mêmes en cette période de doute. Et « Rien n’est plus terrible de voir l’ignorance en action » pour le chercheur de vérité.

La Vérité vous affranchira: Ne soyez plus dupes !

Cet ouvrage est une conférence sur le devisement du monde et son histoire illustrée par la manipulation globale. En effet, notre société vit sur des acquis culturels qui contrôlent notre vie au quotidien. Tout ce que nous pensons nous vient de ce que l’on nous a appris à l’école et par héritage familial, ce qui n’est pas toujours en rapport avec la réalité historique. La religion nous apprend la différence entre la vérité et le mensonge, la société nous apprend justement que le mensonge est la solution élémentaire du contrôle des masses dans tous les domaines et dans tous les groupes sociaux, politiques et religieux. Cette conférence a pour mission de rassembler les informations historiques, politiques, économiques, et de les relier entre elles afin qu’elles permettent au lecteur d’éclaircir et de comprendre des zones d’ombre qui sont posées volontairement sur l’histoire, afin d’entretenir un mensonge utile et nécessaire. Les mensonges d’hier sont les mêmes qu’aujourd’hui et de demain, les assassins d’hier sont les mêmes qu’aujourd’hui, ce sont leurs héritiers qui perpétuent la tradition. La conférence sur le devisement du monde est une réflexion sur l’histoire, la politique, la religion et sur la culture et son enseignement, délivrée dans un langage simple et clair, afin de permettre à chacun de comprendre la réalité de notre société, cette conférence pourra peut-être devenir pour le lecteur, « le livre des merveilles. »

Pandora, la bible du vivre et laisser mourir: (Vaccins, Gardasil, Autisme, Sécurité sociale, Cancer, Chimiothérapie, Aimentation, OGM…)

Et si l’on nous avait menti, et si l’on avait dressé le portrait d’une réalité médicale basée sur le mensonge ? Et si tout ce que l’on nous avait inculqué en matière de soin depuis le début du XXe siècle était une mystification organisée pour valoriser non pas le soin, mais l’Ego du soin allopathique désormais souverain, le facteur économique, la rentabilité et le profit pour des producteurs particulièrement malveillants, comme nous le découvrirons tout au long de cette enquête. Dans un corpus d’exemples, de témoignages de médecins naturopathes, oncologues, biologistes, chercheurs, scientifiques, Pandora propose d’élargir la perception de la conscience du sujet afin que chacun puisse se faire sa propre opinion, avec des éléments factuels et scientifiques, accompagnés d’analyses apportant un regard nouveau sur ces questions. Pourrions-nous envisager un instant que l’entretien de la maladie soit une tromperie, une stratégie, une création méticuleusement organisée pour générer des profits ? Et dans le mépris total du patient ? Et si la maladie était entretenue à défaut de la guérir, si elle n’était pas soignée, mais juste maintenue dans la durée, afin de faire fonctionner une industrie médicale et pharmaceutique ? Pandora propose des réponses à ces questions qui taraudent tous ceux qui s’intéressent à la médecine allopathique et aux explications qu’elle leur prodigue.

Pandora 2: La bible du vivre ou laisser mourir

Pandora II, est la suite du précédent volume, sa continuité directe s’enchaine en reprenant là où Pandora I s’est interrompu. Si les sujets comme le cancer et les vaccins y sont toujours traités, Pandora II poursuit la recherche initiale et l’étend aux causes et aux effets des pollutions environnementales, pesticides, glyphosates, roundup, « chemtrails », aluminium et autres métaux lourds dans l’atmosphère, combinés aux OGM, aux pollutions alimentaires qui mènent aux maladies neurodégénératives, comme les maladies d’Alzheimer, de Parkinson, l’autisme, les cancers spontanés, les malformations chez les nourrissons, ainsi qu’une réflexion sur le rôle de la société, de la démocratie et de l’état. Pandora II existe en tant qu’ouvrage de recherche indépendant, mais il est principalement la continuité de Pandora I.

Pandora III, une époque formidable

Pandora III, une époque formi…diable, est la synthèse d’un cycle de conférences données par l’auteur sur la problématique de la santé en passant par la vaccination et l’alimentation. Sa préoccupation est de permettre à chacun de développer son libre arbitre afin de pouvoir percevoir le monde subtil de la réalité médicale aujourd’hui. Ses recherches sont essentiellement basées sur le plan de l’élargissement des consciences. Trop d’accidents vaccinaux, trop de victimes, trop de peines et de regrets.

Pandora IV: Une vérité qui dérange

« Pandora IV, une vérité qui dérange », est la suite des conférences que l’auteur a données en 2017 sur sa chaine Youtube. Ce volume regroupe les plus importants discours sur des thèmes essentiellement graves : la vaccination, le cancer, la chimiothérapie… et ces vérités qui dérangent sur le soin et la façon de guérir. En effet, l’auteur documente ses publications à partir de sources anglophones, d’études scientifiques reconnues, et d’articles de professionnels de la santé qui dévoilent la vérité sur la médecine allopathique, qui est imposée aux patients par un véritable cartel pharmaceutique. La position du gouvernement français est particulièrement discutée sur l’obligation vaccinale, qui semble n’avoir absolument aucun fondement scientifique. Ce volume apporte des preuves indiscutables et scientifiques que la vaccination ne remplit pas les objectifs annoncés par les laboratoires pharmaceutiques. Une lecture troublante, mais, oh combien enrichissante pour celles et ceux, qui veulent savoir…